AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Here You Are Again ♥ PV Randy E. Williams

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Humaine
avatar
Humaine

Points : 0.
Messages : 398
Date d'inscription : 11/02/2012
Age irl : 23



Personnage
| Age: 18 ans
| Parent Divin: /
| Relation ship:

MessageSujet: Here You Are Again ♥ PV Randy E. Williams   Lun 5 Nov - 19:58


Six heures trente du matin. Le soleil peine à éclairer le ciel de ses premiers rayons, normal il est tôt – tout de même ! – et nous sommes en novembre. Ce n’est pas que j’aime pas spécialement l’hiver et tout ce qui va avec, mais s’il pouvait faire moins froid ça m’arrangerais ! Je suis un petit peu du genre frileuse, c’est pourquoi je dors sous trois tonnes de couvertures. Et cette expression n’est pas à prendre totalement au sens figuré avec moi, j’vous assure. Enfin bref, tout cela pour dire qu’il était malheureusement pour moi, l’heure de me lever et d’aller en cours pour une simple et pauvre petite matinée de rien du tout. Deux petites heures de l’histoire de la musique, suivie d’une heure de chant : la routine quoi pour une étudiante en musique comme moi ! Si seulement mon Père avait été là, je suis sûre qu’il serait fière de moi et du fait que j’ai repris mon ‘’flambeau’’ en quelque sorte. Oui mon Père était un artiste tout comme ce que je serais bientôt ! Trêve de bavardage, je me levais pour aller prendre seule mon petit-déjeuner. J’avais l’habitude, je le prenais seule depuis maintenant presque huit ans. Ma Mère n’a plus jamais été la même depuis la mort de Papa. Pendant que moi j’essayais de me reconstruire, elle, elle s’enfonçait de plus en plus. Avalant mon café et mon bol de céréales, je retournais me préparer : j’enfilais un pull bleu turquoise – pas trop tape à l’œil tout de même – un jeans, et mes converses noires pour aller ensuite attraper le manteau de la même couleur, mes clefs et mon sac en bandoulière. Je lâchais tout de même par politesse un petit « Au revoir ! » au cas où elle serait réveillée. A peine passée la porte de notre appartement, un vent vint me frapper au visage pour me rappeler qu’il ne faisait que dix degrés ici à tout casser. Soupirant à cause de cette moquerie météorologie, j’avançais jusqu’à mon école d’art. Mais alors que je m’apprêtais à monter les marches pour rejoindre le couloir, je me retournais instinctivement comme si j’avais l’impression qu’un regard ne cessait de me fixer. Au loin, je crus apercevoir quelqu’un que je connaissais, mais je laissais rapidement tomber car à peine une voiture fut passée devant lui qu’il avait déjà disparu. Bizarre, non ?

Midi arrivant enfin, je rejoignais le bar dans lequel je travaillais pour mes études, mais pour cette fois-ci aller y manger et non pas bosser ! C’est mon jour de congé, je vais quand même pas faire des heures sup’, si ? J’avais l’intention de passer mon après-midi dehors, Central Park en plus d’être magnifique toute l’année, l’était encore plus lors de la période automnale/hivernale ! Me dépêchant, j’attrapais mes affaires au vol et partais dans la direction que j’avais prévu : Central Park me voilà ! Ce qui était marrant ici, c’est qu’on retrouvait de tout : des touristes en train de prendre des photos de tout ce qui bouge, des sportifs faisant leur jogging, des hommes d’affaires utilisant ce chemin comme d’un raccourci, et des rêveurs qui errent par-ci, par-là. Comme moi. Pourquoi je suis là ? Parce que je n’ai pas de devoir ? Nan c’est pas une excuse ça. Parce que je ne veux pas rentrer ? Ah ça c’est déjà mieux ! Parce que j’aimerais faire une merveilleuse rencontre comme dans tous les films ? Pfiou, Amélia, je pense qu’il faut arrêter de regarder la télé et de lire des livres ! Lorsque j’arrivais près d’une fontaine, je décidais de m’y arrêter. La tête au-dessus de l’eau, j’y plongeais l’index juste pour voir si elle était vraiment froide – ce qu’elle est en effet ! – et pour créer une onde toute jolie. Et cette dernière une fois dissipée laissa apparaître un deuxième visage à côté du mien dans l’eau. Surprise, je lâchais un petit cri avant de me retourner vivement.

Et là j’ai cru que je voyais mal, j’ai cru que tout autour de moi s’arrêtait car celui que je m’étais résignée à ne plus jamais revoir, se tenait devant moi. Ce meilleur ami que j’avais eu là-bas en Ecosse mais que je n’avais plus vu depuis huit ans. « Randy ? C’est toi ? » Laissant ma question en suspens, je n’attendais même pas de réponse car je savais que j’avais raison. J’aurais reconnu Randy entre mille. Je me jetais alors dans ses bras et je le serrais fort de peur que je le perde à nouveau. « Randy ! » M’exclamais-je toujours en le serrant.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wearejustlimitededition.skyrock.com/

Team Zeus
avatar
Team Zeus

Crédit : stillnotginger.
Messages : 31
Date d'inscription : 05/11/2012



Personnage
| Age: 19
| Parent Divin: Amphitrite
| Relation ship:

MessageSujet: Re: Here You Are Again ♥ PV Randy E. Williams   Lun 5 Nov - 20:44


    Impossible de faire la grasse matinée et puis l'avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt n'est ce pas ? Encore une expression qui ne servait pas à grand chose. Il s'était donc levé à huit heure du matin, il serait quand même bien resté dans son lit à rêver. Randy avait fait un beau rêve qui commençait à s'effacer de son esprit, quel dommage, par contre quand il s'agissait de cauchemar là, il s'en souvenait parfaitement. Enfin bref, il n'était pas le seul à la colonie à se lever de bonne heure, il devait y avoir encore des demi-dieux qui essayait de trouver des stratégies, ce ne serait pas étonnant. D'accord, c'était important, mais il n'était vraiment pas d'humeur à penser à ce genre de chose aujourd'hui. La paix dans le monde n'est donc pas pour demain ? La vie est d'un compliqué parfois, même souvent. Le jeune homme aimait son côté demi-dieu, même si parfois il ne serait pas contre une petite vie normale. C'était quand même bien pratique de pouvoir respirer sous l'eau, ça lui avait bien sauvé la vie et au moins, il était sur de gagner à tout les concours ou il faudrait retenir sa respiration sous l'eau. Après avoir pris un bon petit déjeuner, il décida de sortir de la colonie, il avait l'intention d'aller voir quelqu'un et pas n'importe qui, mais son ami d'enfance qui devait se trouver actuellement à New York. Le problème ? Bah c'est qu'il ne saurait pas ou la trouver, il n'avait aucune adresse. De plus il ne savait même si la jeune femme se souviendrait de lui, mais il y avait eu une si belle relation entre les deux jeunes gens. Heureusement qu'il connaissait la ville sinon les recherches auraient été un peu plus dur. Au début, Randy à commencer à demander à des passant s'ils avaient vu une rousse et il avait fait la description physique, parce que seulement dire la couleur de cheveux n'allait pas vraiment aider les gens à le renseigner. Il avait aussi un autre problème, il ne savait pas vraiment comment il allait aborder la jeune femme, lui il avait envie de la serrer dans ses bras, mais c'était peut être risqué. Il pourrait être pris pour un sale pervers, ou un individu du même genre. De plus une fois en face d'elle il ne saurait pas comment réagir, comment lui dire bonjour non plus. Pour lui cela semblait compliqué, mais bon hors de question de la laisser filer, il regretterait toute sa vie de ne pas l'avoir revu. Le temps passait à une vitesse, il ne s'était même pas rendu compte de l'heure, finalement il décida de se rendre à Central Park, il avait un bon pressentiment, il avait appris à faire confiance à son instinct.

    Apparemment, il avait eut raison de se rendre ici, car il l'a vit, la fille de son cœur, la plus belle, la plus merveille, les battements de son cœur s'accélérait. Le jeune homme s'approcha de la fontaine et ce fut elle qui réagit la première, elle ne l'avait pas oublié, son étreinte lui fit plaisir, il était au paradis. « Amelia, je suis tellement content de te voir tu m'as manqué. » Une chose était sur, cette fort, hors de question de la laisser filer. « Pourquoi tu es partit sans laisser de trace ? » Lui et sa curiosité, ça commençait bien, en espérant qu'elle n'allait pas mal le prendre. « Enfin ce n'est pas le plus important, qu'est ce que tu deviens, tu as quelqu'un dans ta vie ? » En tout ça voulait dire que si elle s'était trouvé un petit copain, il irait le tuer, bon d'accord, il exagère. Amelia c'était son premier et son seul amour, ça se trouve, elle avait changé, mais il s'en fichait complétement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Humaine
avatar
Humaine

Points : 0.
Messages : 398
Date d'inscription : 11/02/2012
Age irl : 23



Personnage
| Age: 18 ans
| Parent Divin: /
| Relation ship:

MessageSujet: Re: Here You Are Again ♥ PV Randy E. Williams   Lun 5 Nov - 22:16


C’était presque incroyable, même inimaginable ! Qui aurait pu me dire que je retrouverais mon meilleur ami – écossais qui plus est ! – non pas en Ecosse mais à des milliers de kilomètres de là : en Amérique et à New-York en plus ! Si j’avais su ça dès ce matin, j’aurais eu plus d’entrain à me lever dès le début ! Mais oublions, j’allais profiter de sa présence, du fait que je l’avais à nouveau à mes côtés : celui qui avait supporté toutes mes blagues, mes conneries, mes maladresses il y a de ça huit ans. Ça paraît loin dis comme ça : huit ans ! Mais pour moi ces souvenirs sont tellement présents dans mon esprit que je n’ai pas l’impression que ça remonte à aussi longtemps ! Sur le coup, un certain mal du pays resurgissait en moi ainsi que de la curiosité. Qu’est-ce qu’il se serait passé si mon Père n’avait pas été tué par une de ces créatures ? Qu’est-ce qui se serait passé si je ne les voyais justement pas ces choses bizarres ? Est-ce qu’on serait resté en Ecosse ? Est-ce qu’il aurait toujours été mon meilleur ami ? Est-ce que notre lien aurait changé ? Mais avec des si, on pourrait mettre Paris en bouteille ! Et vu qu’on est pas encore capable de mettre Paris en bouteille, je ne pourrais pas refaire le monde avec mes si ! Et tant mieux peut-être : car peut-être que mon magnifique monde fait de si, ne me plairait pas au fond. Aucune idée, une chose est sûre : c’est que je profitais de cette étreinte. Ces fameux bras, qui me réconfortaient lorsqu’à l’époque mon seul souci était de savoir qui m’avait volé mon goûter, m’avaient manqué plus que je ne le pensais. Perdre un ami aussi proche fait plus mal qu’on ne le pense. « Amelia, je suis tellement content de te voir tu m'as manqué. » Me répondit-il. La tête enfoncée dans son épaule, un sourire qu’il ne pouvait pas voir s’élargissait sur mes lèvres. J’en profitais encore un peu avant de me détacher de lui. Décidément il n’avait pas changé. Bon si d’accord, il avait quand même bien grandi vu qu’il était un peu plus grand que moi. Après tout il l’est déjà en âge, non ?

Mais mon sourire s’effaça à la suite de sa question : « Pourquoi tu es partit sans laisser de trace ? » Je savais que dans cette catégorie, je n’avais pas du tout marqué de point. J’étais en tort et le pauvre je l’avais laissé sans aucune nouvelle du jour au lendemain. Il devrait me détester rien que pour ça. Rien que pour l’avoir trahit de cette façon, je ne méritais pas son câlin d’avant. Et rien que de repenser à cet événement qui m’avait fait quitter Edinburg, les larmes me montèrent aux yeux et je dus détourner le regard. Bien sûr que je lui dirais, si déjà je l’avais abandonné, il méritait des explications. Mais lui continua sur sa lancée : « Enfin ce n'est pas le plus important, qu'est ce que tu deviens, tu as quelqu'un dans ta vie ? » Alors c’était comme si m’avait déjà pardonner ? Vraiment ? Mais moi je me sentais obligée de lui fournir des explications. Ma voix tremblait quelque peu car la crise de larmes menaçait de tomber d’un moment à l’autre. « Randy… Je suis désolée… C’est mon Père, il est mort il y a huit ans, devant moi… Et je… Maman pensait qu’on n’était plus en sécurité à la maison, alors on est parti. Je suis vraiment désolée Randy j’aurais voulu rester, j’aurais voulu te prévenir… » Je portais une main à ma bouche pour essayer de ne pas pleurer, mais je sentais déjà quelques larmes perlaient sur mes joues ; je laissais donc tomber. Et avec le froid, elles se transformeraient peut-être en glaçons ? Non quand même pas il ne faisait pas assez froid.

« Alors tu ne m’en veux pas ? » Lui demandais-je en relevant le regard vers lui. « Tu ne m’en veux pas, de t’avoir abandonné ? Sache que je m’en veux beaucoup, et je ferais tout pour me rattraper, je te le promets ! » J’avais compris mon erreur et je peux vous dire que je ne la referais pas. Je ne veux plus jamais avoir à perdre quelqu’un. Plus jamais. Je décidais donc de commencer à me rattraper en répondant à ses questions, car c’est la moindre des politesses que je pouvais lui faire. « Moi, ce que je deviens ? Je suis étudiante en musique comme mon Père et je travaille dans un bar pour me payer mes études ! Et Randy, je suis trop maladroite pour être avec quelqu’un ! » Terminais-je avec un petit rire. Je le regardais ensuite d’un air qui voulait dire ‘’et toi qu’est-ce que tu racontes ?’’ : je voulais juste tester si même malgré notre séparation, nous étions toujours aussi proches pour deviner les questions de l’autre à l’avance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wearejustlimitededition.skyrock.com/

Team Zeus
avatar
Team Zeus

Crédit : stillnotginger.
Messages : 31
Date d'inscription : 05/11/2012



Personnage
| Age: 19
| Parent Divin: Amphitrite
| Relation ship:

MessageSujet: Re: Here You Are Again ♥ PV Randy E. Williams   Lun 5 Nov - 22:48

    Cette journée était parfaite, il était vraiment heureux rien ne pourrait gâché cette merveilleuse journée, depuis tant d'année, il attendait de la revoir. Finalement son vœux s'était réalisé et maintenant il ne la quitterait plus jamais, comme le pourrait il ? Il l'aimait, il n'y avait aucun doute, il l'avait toujours aimé. Randy se rendit compte qu'il devrait un jour lui dire la vérité sur le faite qu'il est un demi-dieu, mais peut être pas tout de suite, il n'avait pas envie d'être pris pour un dingue surtout aux yeux de son amie d'enfance. L'ennui c'est que lui cacher une part aussi importante de sa vie serait difficile, après tout il vivait en ce moment à la colonie. Donc si un jour elle avait l'idée de lui demander ou il habitait actuellement il serait bloqué pour trouver une réponse. Randy n'avait pas envie de la lâcher, il aimait ce contact physique, c'était différent maintenant qu'ils étaient adultes, car quand on est enfant, on ne ressent pas le même effet.

    Évidemment comme un crétin, il a le don de gâcher ce magnifique moment avec la question qu'il fallait pas, il avait envie de se donner un coup pour se punir. « Je ne savais pas, excuse moi je t'oblige à te souvenir de ça, j'aurais mieux fait de me taire. » Ce n'était pas facile de perdre un de ses proches, il le savait mieux que personne, il se sentait coupable d'avoir posé cette maudite question. De toute façon, il l'aurait su un jour ou l'autre, donc c'était peut être mieux de l'avoir su maintenant. Le pire c'est qu'il l'avait fait pleurer, plus idiot il y a pas, ah pourquoi ça arrivait à lui, ils venaient à peine de se retrouver et voilà le résultat. « Comment je pourrais t'en vouloir, si je suis là c'est que je t'en ai jamais voulu, j'avais qu'une envie c'était de te revoir. » Le jeune homme voulait rattraper le temps perdu, peut être que ses sentiments étaient réciproque, après tout, Amelia ne l'avait pas oublié, de plus elle était célibataire, il avait peut être une chance alors. « N'importe quel homme serait heureux de t'avoir comme petite amie, je trouve que t'es une fille merveilleuse. » Peut être qu'il y avait des sous entendus dans sa phrase, il n'oserait jamais lui dire directement ce qu'il ressentait pour le moment. C'était comme si les deux jeunes gens ne s'étaient jamais quitté, du moins c'est l'impression qu'il avait en ce moment, c'était une bonne chose, cela prouvait qu'ils avaient toujours cette complicité qu'ils avaient quand ils étaient enfants. « Je suis actuellement à la recherche d'un boulot, mais je ne sais pas vraiment vers quoi me diriger. Je suis célibataire, c'est peut être un signe qu'on soit tout les deux sans partenaire. » Randy ne croyait pas au destin, mais il pourrait faire une exception pour ce qui concernant l'élue de son cœur. Il ne préférait pas lui parler de l'accident qui avait coûté la vie à ses parents adoptifs, c'était un mauvais souvenir et puis c'était une belle journée ça ne servait à rien de plomber l'ambiance. « Dis-moi, est ce que tu crois au phénomène qui n'ont rien de naturel ? » Il était assez doué pour passer d'un sujet à un autre, mais cette question était importante, car comme ça, il saurait si elle était prête à le croire quand il lui raconterait qu'il était un demi-dieu et qu'il avait des pouvoirs. Un jour ou l'autre il devrait lui avouer la vérité, et il préférait le faire le plus rapidement possible, il ne voulait pas la faire souffrir à cause de mensonges inutiles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Humaine
avatar
Humaine

Points : 0.
Messages : 398
Date d'inscription : 11/02/2012
Age irl : 23



Personnage
| Age: 18 ans
| Parent Divin: /
| Relation ship:

MessageSujet: Re: Here You Are Again ♥ PV Randy E. Williams   Mar 6 Nov - 10:30


Randy s’en voulait de m’avoir posé cette question et de m’avoir fait pleurer par la même occasion. Je le voyais dans son regard et il s’en excusa d’ailleurs par la suite. Mais au fond il avait le droit de savoir, car c’était à cause de cet accident que j’avais été obligé de partir. C’était à cause de cet accident, que nous avions été séparés tous les deux. Je lui fis un petit hochement de la tête comme réponse à ses excuses : petit signe qui signifiait que ce n’était pas grave. Passant alors la manche de mon pull rapidement sous mes yeux, j’effaçais la trace des dernières larmes qui étaient tombées. Pas besoin de gâcher cette belle journée de retrouvaille avec mon hypersensibilité ! Oui je suis tout à fait le genre de personnes à pleurer devant une série télé ou film ; ou alors à pleurer sans aucune raison à part la seule que quelqu’un d’autre en face de moi commence à pleurer ! Oui je suis assez bizarre, originale, je sais. A ma question suivante sur le fait qu’il ne m’en voulait pas, il me répondit : « Comment je pourrais t'en vouloir, si je suis là c'est que je t'en ai jamais voulu, j'avais qu'une envie c'était de te revoir. » Ce qui me fit sourire encore un peu plus. Finalement il n’avait pas changé niveau caractère non plus : il avait toujours eu ce côté compatissant et du genre à pardonner, à me pardonner. Et dire que quelques semaines plutôt je m’étais fait une raison de ne plus jamais le revoir ! A partir de maintenant, je ne dirais plus jamais le mot ‘’jamais’’. Oups, est-ce que je n’aurais pas déjà recommencé ? Je suis irrécupérable ! Mais en plus d’être compatissant il n’avait pas perdu son côté gentil qu’il avait toujours avec moi. Autant avais-je plutôt tendance à me rabaisser sur certaines choses et autant que je m’en souvienne, ça avait toujours été lui qui me ‘’relevait’’ en quelque sorte pour me montrer que j’étais au même niveau que tout le monde. « N'importe quel homme serait heureux de t'avoir comme petite amie, je trouve que t'es une fille merveilleuse. » Je souris un petit peu plus et ne sachant pas réellement quoi répondre je me contentais juste de lâcher un petit « Merci Randy. »

Eliott – car oui il m’avait un jour dit son deuxième prénom – comprit ma question silencieuse, comme à l’époque, comme si l’on ne s’était jamais réellement perdu de vue. Des automatismes qu’on avait lorsqu’on était petit et qui revenaient. « Je suis actuellement à la recherche d'un boulot, mais je ne sais pas vraiment vers quoi me diriger. Je suis célibataire, c'est peut être un signe qu'on soit tout les deux sans partenaire. » Sérieusement, comment faisait-il ? Il était tellement gentil et tout ce qui allait avec ; comment pouvait-il être encore tout seul ? « Waouh, mais t’es tellement gentil que tu devrais même avoir un fan-club qui te suis partout ! Nan je rigole ! » Plaisantais-je avec un petit rire. Pour le fan-club je plaisantais, même si sur le coup j’avais ressenti un petit quelque chose en disant ça ; comme un petit pincement au cœur. Comme si ça me faisait mal de voir des filles courir après mon meilleur ami. Je chassais cette pensée de mon esprit avant de l’écouter poser sa question : « Dis-moi, est ce que tu crois au phénomène qui n'ont rien de naturel ? » Je fronçais quelque peu les sourcils à sa question. Qu’est-ce qu’il entendait par-là ? S’il voulait m’emmener voir un film d’horreur au cinéma, c’était râpé je détestais ça ! Mais c’est seulement maintenant que ça faisait tilt dans ma tête. Non ne me dites pas que c’est ce à quoi je pense ! Ne me dites pas que même mon meilleur ami a un quelconque rapport avec toutes ces choses bizarres que je vois !

C’est pourquoi je décidais d’abord de jouer la carte de celle qui ne savait rien et répondis le plus banalement possible avec un petit sourire : « Si tu voulais m’emmener voir un film d’horreur au cinéma pour fêter nos retrouvailles, c’est raté, je déteste ce genre de film ! » Mais la pointe d’appréhension qui s’était longée dans ses yeux bleus me firent moi-même douter de ma propre réponse. Je lui avais déjà fait tant de mal en partant sans prévenir il y a huit ans, je ne pouvais pas lui mentir encore maintenant. S’il le découvrait, peut-être que cette fois-ci, il ne me le pardonnerait pas. La bonté a des limites à ne pas franchir et je ne voulais pas les franchir. Alors avant même qu’il ne puisse répondre à ma première remarque, je répliquais d’une voix à peine audible : « Oui j’y crois… » Je commençais à me ronger les ongles, signe de mon stress face à cette révélation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wearejustlimitededition.skyrock.com/

Team Zeus
avatar
Team Zeus

Crédit : stillnotginger.
Messages : 31
Date d'inscription : 05/11/2012



Personnage
| Age: 19
| Parent Divin: Amphitrite
| Relation ship:

MessageSujet: Re: Here You Are Again ♥ PV Randy E. Williams   Dim 25 Nov - 15:01

    Ils avaient vécu pas mal de choses depuis qu'ils s'étaient séparés, il y a des années, pourtant, il avait l'impression que c'était hier, surtout depuis qu'il l'avait retrouvé. Aujourd'hui ils étaient adultes, elle était tellement belle, du moins de son point de vue, mais vu qu'il était encore amoureux d'elle, cela voulait peut être dire que ses sentiments influençait ce qu'il pensait du physique de son amie.D'un côté, Randy était plutôt content que la jeune femme soit encore célibataire, ce n'était pas méchant, mais au moins, il aurait peut être une chance avec elle. Même si d'abord, il devait en savoir plus sur elle, bah oui Amelia avait du changé au fil du temps, pas complètement, mais un petit peu, pour le moment, il la reconnaissait bien, mais c'est parce qu'il venait à peine de la retrouver.

    Que de beaux compliments qu'il était entrain de recevoir de la part de son amie d'enfance, un fan club ? Il ne fallait peut être pas exagérer, même si elle disait ça pour rire. « Justement c'est peut être ce côté gentil qui me fait défaut, à ton avis si je me conduisait en mauvais garçon j'aurais plus de succès ? » Il n'avait pas vraiment envie de changer trop son attitude, mais bon sinon il risquait de rester célibataire toute sa vie, même s'il était encore jeune. Randy avait eu l'occasion d'avoir quelques petites amies, mais rien de sérieux, ça n'a jamais duré trop longtemps, peut être que c'était lui le problème finalement, peut être qu’inconsciemment, il faisait sorte de tout gâcher, car il n'y avait qu'une seule femme qui occupait ses pensées. Par la suite, il lui posa une question que n'importe quel être humain ordinaire trouverait bizarre. « Non je ne comptais pas t'inviter à voir un film d'horreur. » Il n'avait pas oublié, et puis ça ne l'intéressait pas trop, il ne regardait pas souvent ce genre de film, sauf si c'était pour faire plaisir à un de ses amis. Finalement, il eut la réponse à sa question, il fut assez surpris, car il pensait qu'elle allait répondre le contraire. « Il faut que je te dise quelque chose d'important, je ne veux pas te le cacher, même si tu risques de me prendre pour un dingue. » Bon, au moins, il annonçait la couleur, il observait la jolie rousse qui était entrain de se ronger les ongles, stresser ? Mais pourquoi ? Enfin c'est ce qu'il en avait déduit, peut être qu'elle savait aussi des choses, enfin bref, c'était le moment de se lancer. « Quand j'avais 14 ans, alors que j'étais avec mes parents adoptifs en voiture, on s'est fait percuté, et on avait fini à l'eau. J'ai bien cru que c'était la fin, mais étrangement je ne suffoquait pas, quand on a été secouru, j'étais le seul encore vivant. » Voici la partie triste de son histoire, mais c'était le début de la découverte de ses pouvoirs même si à l'époque, il pensait juste que c'était un miracle et rien d'autre. « Il y a un an j'ai découvert qu'un de mes amis était un satyre, il m'a emmené au camps des sang-mêlés. C'est là que j'ai découvert que ma mère biologique était une déesse et que j'étais un demi-dieu. Voila tu connais toute l'histoire. » Il avait pris le risque de la perdre en lui racontant ça, mais il préférait qu'elle le sache par lui et assez rapidement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Humaine
avatar
Humaine

Points : 0.
Messages : 398
Date d'inscription : 11/02/2012
Age irl : 23



Personnage
| Age: 18 ans
| Parent Divin: /
| Relation ship:

MessageSujet: Re: Here You Are Again ♥ PV Randy E. Williams   Mar 27 Nov - 20:33


Randy, Randy : il y avait certaines choses qui n’avaient pas changé dans son caractère. Comme sa gentillesse par exemple, je ne crois pas connaître quelqu’un de plus gentil que lui ! Il me demanda alors si ce côté gentil ne lui faisait pas un peu défaut, et qu’il aurait plus de succès s’il se conduisait en mauvais garçon. Personnellement, je voyais très mal mon ami d’enfance se transformer tout d’un coup en mauvais garçon ! Du moins ça ne lui ressemblerait pas ! Moi je préférais largement le Randy que je connaissais avant et maintenant ! Posant un index sur ma joue, je lui disais : « Hum toi en mauvais garçon ? Nan je ne crois que ça serait toi, je préfère le Randy qui est en face de moi ! Je terminais ma phrase avec un petit sourire. Puis du succès, je n’en doutais absolument pas qu’il en aurait ; même si rien que le fait d’imaginer cette idée, me piqua en plein cœur comme si justement cette idée me déplaisait. Est-ce qu’il avait eu plusieurs petites amies pendant le long moment où nous ne nous étions pas vus ? C’était peut-être une question que j’aborderai car après tout, il était temps de renouer cette vieille amitié. En tout cas, moi depuis toujours j’avais le même problème : je ne savais pas distinguer mes sentiments amoureux. Il fallait toujours que ce soit à lui de faire le premier pas : c’est d’ailleurs certainement à cause de ce défaut que je suis passée à côté de beaucoup de choses. Et peut-être même à côté de quelque chose il y a huit ans en Ecosse… Mais qu’est-ce que je pouvais en savoir moi ? Me rongeant les ongles, nous passions au sujet plus délicat : celui de choses surnaturelles. J’avais peur de ce qu’il penserait du fait que j’y croyais et j’avais peur de ce qu’il allait me dire. « Non je ne comptais pas t'inviter à voir un film d'horreur. » Sa réplique me fit au moins décrocher un petit sourire : il s’en souvenait, pas de film d’horreur avec moi !

Il continua alors en me disant : « Il faut que je te dise quelque chose d'important, je ne veux pas te le cacher, même si tu risques de me prendre pour un dingue. » Mon cœur s’accélérait et je me sentais un peu mal : il tournait un peu autour du pot, chose qui avait le don de me faire stresser. Qu’est-ce qu’il avait de si important à me dire ? Si important pour que je puisse apparemment le prendre pour un dingue. Chose que je ne ferais jamais, qu’importe ce qu’il avait à me dire. Il se lança alors dans un petit flashback : « Quand j'avais 14 ans, alors que j'étais avec mes parents adoptifs en voiture, on s'est fait percuté, et on avait fini à l'eau. J'ai bien cru que c'était la fin, mais étrangement je ne suffoquait pas, quand on a été secouru, j'étais le seul encore vivant. » Une main me tenant le ventre, l’autre toujours portée à ma bouche, je sentais à nouveau les larmes me monter aux yeux. Ses parents adoptifs étaient absolument adorables, et j’avais du mal à croire qu’ils étaient partis. Comme j’avais du mal à croire que j’aurais pu perdre mon Randy sans même le savoir. Mais sa dernière remarque m’intriguait le plus. Le seul survivant, ne suffoquais pas ; qu’est-ce que ça voulait dire ? Ne me dites pas qu’il avait quelque chose à voir avec tous ces machins bizarres que je voyais ? Mon ami d’enfance était lui aussi embarqué dans tout ça ? Je ne le lâchais pas des yeux, car je savais qu’il attendait une quelconque réaction de ma part ; et moi j’attendais la suite de son histoire car je savais qu’elle n’était pas terminée. J’essayais de renifler en faisant le moins de bruit possible, je ne voulais pas qu’il se sente à nouveau responsable de ma soudaine tristesse.

« Il y a un an j'ai découvert qu'un de mes amis était un satyre, il m'a emmené au camps des sang-mêlés. C'est là que j'ai découvert que ma mère biologique était une déesse et que j'étais un demi-dieu. Voila tu connais toute l'histoire. » Et c’est comme ça que votre monde peut s’écrouler en moins de quelques secondes. Alors toutes les histoires de ma Mère étaient vraies ? Toutes celles qui racontaient la mythologie gréco-romaine ? Mais pourquoi et comment ? Tout se mélangeait dans ma tête. J’étais totalement perdue. Mais d’un autre côté, j’étais soulagée car je n’étais pas folle. Ce que je voyais dans les rues de New-York étaient réelles : ces dobermans aux yeux rouges et surtout cette fameuse chauve-souris géante qui avait tué mon Père à l’âge de mes dix ans. Je n’étais pas folle et Randy venait de me le faire comprendre. Mais tout ça me paraissait d’un autre côté si impossible que j’avais envie d’y croire et j’avais besoin de ses explications, car j’avais confiance en mon meilleur ami. Le contournant je fis quelques pas en avant, avant de me stopper et de rester quelques instants dos à lui. Allez inspire, expire tu vas y arriver ! « ça veut dire que toutes les histoires que Maman me racontait et nous racontait lorsque tu venais à la maison, sont vraies, c’est ça ? Les dieux grecs et romains existent et tu en fais parti, hein ? » Me retournant sans crier garde, je réduisais à nouveau l’espace qu’il y avait entre nous deux et j’attrapais sa main. J’avais besoin de me sentir rassurée. « Randy moi aussi j’ai quelque chose à te dire… Je les vois… Je vois toutes ces créatures mythologiques qui se baladent dans New-York et que les autres prennent pour des choses banales de la vie. Une fois une d’elles m’a prise pour cible… Et d’ailleurs je ne t’ai pas dit, mais Papa est mort à cause de l’une d’elles. Mais je… Grâce à toi je sais que je ne suis pas folle ! » J’esquissais un sourire avant de me jeter dans ses bras, j’étais du genre très câline avec mes amis et je savais qu’il avait l’habitude de ça. Et j’avais presque pas envie de me détacher, même si je savais qu’il allait très certainement me poser des questions là-dessus… « Tu n’es pas dingue, ou alors on est deux ! » Je me sentais déjà mieux car un petit rire venait de s’échapper de mes lèvres afin d’accompagner ma dernière remarque.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wearejustlimitededition.skyrock.com/

Team Zeus
avatar
Team Zeus

Crédit : stillnotginger.
Messages : 31
Date d'inscription : 05/11/2012



Personnage
| Age: 19
| Parent Divin: Amphitrite
| Relation ship:

MessageSujet: Re: Here You Are Again ♥ PV Randy E. Williams   Sam 22 Déc - 18:15

    Bon, C'était décidé, Randy resterait lui même quoiqu'on puisse lui dire, du moment que sa meilleur amie l'aimait comme il était c'était parfait. « Je ne changerais pas alors, tu as raison je suis bien comme je suis. » De toute façon, ça ne sert à rien de se faire passer pour quelqu'un qu'on est pas, ce serait juste un mensonge et ça, il n'y tenait pas vraiment. Déjà tout petit, le jeune homme se sentait bien avec elle et ça n'avait pas changé, malgré les années qui s'étaient écoulées, combien de temps ils avaient pu perdre ? Heureusement, ils étaient encore jeunes, ils pouvaient donc rattraper ce temps perdu, il avait hâte, peut être que c'était le destin après tout. Par moment, il ne pouvait s'empêcher de rougir, peut être qu'elle ne l'avait pas remarqué, il ne devenait pas non plus rouge comme une tomate, c'était assez léger, mais ça voulait dire beaucoup de choses. Par la suite, Randy s'est demandé s'il avait bien fait de tous lui raconter, il eut l'impression qu'il allait la faire pleurer encore une fois, surtout quand il parla de la mort de ses parents adoptifs.

    C'était rassurant de voir que Amelia ne le prenait pas pour un dingue, mais il ne s'attendait aux révélations qu'elle lui faisait. « Oui ils existent et comme je te l'ai dit, je fais parti des demi-dieux grecs. Pendant longtemps j'ai ignoré la vérité, j'ai encore du mal à le croire parfois. Toutes ces histoires étaient réels. » Le jeune demi-dieu écouta attentivement la jolie rousse lui avouer qu'elle pouvait aussi les voir, bon si ce n'était pas une demi-déesse, il savait que ça voulait dire. « Tu peux voir à travers la brume, c'est rare, mais certaines personnes comme toi peuvent voir ce que les autres prendront pour des choses banales. » Randy se sentait beaucoup mieux, il était soulagé, et elle semblait ressentir la même chose. Dire que c'était une de ses satanés créatures qui avait tué son père, pourquoi ? Il n'en savait rien, peut être que ça avait un rapport avec le donc que possédait Amelia, où alors elle ignorait la raison, c'était encore possible. Quand elle se jeta dans ses bras, il se mit à sourire, non seulement, il n'avait plus besoin de lui cacher la vérité, mais en plus, elle ne le fuyait pas, il avait de la chance de l'avoir. « Je te protégerais quoiqu'il arrive, même si ça doit me tuer, je n'ai pas envie qu'il t'arrive quelque chose. » On ne sait jamais si l'histoire de son don se répondait sa bien aimée pourrait très bien être en danger. Il était fou amoureux d'elle, ça ne servait à rien de le nier, voilà pourquoi il donnerait sa vie pour elle. Il était conscient de ce qu'il disait et le pire c'est qu'il était sérieux. « Tu sais j'ai appris à me battre, je pourrais être ton preux chevalier. » C'était mignon de dire ça, non ? C'était en quelque sorte une demande, enfin peut être, c'était à elle de voir ce que ça voulait dire. Soudain, il mit ses mains sur les joues de la jeune femme, s'approcha doucement d'elle pour ensuite un doux baiser sur ses lèvres. Avait-il bien fait ? Ou étais ce une erreur ? Une chose était sur il avait écouté son cœur, au lieu de prendre le temps de réfléchir à ses actes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Humaine
avatar
Humaine

Points : 0.
Messages : 398
Date d'inscription : 11/02/2012
Age irl : 23



Personnage
| Age: 18 ans
| Parent Divin: /
| Relation ship:

MessageSujet: Re: Here You Are Again ♥ PV Randy E. Williams   Dim 23 Déc - 20:01


Randy avait décidé de jouer cartes sur table avec moi et ce n’était pas plus mal. Grâce à lui je me sentais moins dingue que d’habitude. Par dingue, je veux dire bizarre : il venait de me donner une raison plausible. Enfin toutes personnes normales n’appelleraient peut-être pas cela une raison plausible mais moi je le croyais. Parce que pour moi c’était la seule explication à ce que je voyais tous les jours, à cette créature qui avait tué mon Père : tout ça ne pouvait que converger vers cette solution. Il m’affirma encore une fois qu’il existait à ma demande en ajoutant : « Oui ils existent et comme je te l'ai dit, je fais parti des demi-dieux grecs. Pendant longtemps j'ai ignoré la vérité, j'ai encore du mal à le croire parfois. Toutes ces histoires étaient réels. » Toutes ces histoires étaient vraies, en fait c’était ce que ma Mère essayait de me dire en me les racontant. Elle voulait me dire qu’un jour, j’en aurais besoin ; qu’un jour je me servirais de ces histoires, car je ne suis pas comme tout le monde. Je suis différente comme Randy est différent même si je suis autrement différente que lui. Il sembla tout de même très étonné face à mes révélations : face au fait que je voyais toutes ces choses. Et moi je m’étonnais de la facilité avec laquelle je lui avais avoué tout ça : moi qui étais d’habitude sur la défensive sur ce sujet, je lui avais lâché ça comme à un confident. Oui j’avais confiance en lui comme à l’époque, comme si nous n’avions pas perdu toutes ses années, comme si nous ne nous étions jamais séparés. Il était mon Randy et il le restera. Always and forever. Il continua son explication en me disant que j’étais une personne rare en quelque sorte : « Tu peux voir à travers la brume, c'est rare, mais certaines personnes comme toi peuvent voir ce que les autres prendront pour des choses banales. » La Brume ou ce que j’avais qualifié de lunettes permanentes que portaient mes amis pour ne pas voir la même chose que moi. J’avais enfin pu mettre un nom sur ces fameuses lunettes…

C’était le moment que j’avais choisi pour me jeter dans ses bras, car je me sentais rassurée et libérée en quelque sorte, d’un poids que j’avais l’impression de porter depuis ce qu’il s’était passé en Ecosse. Et mon sauveur avait été mon écossais, comme d’habitude il était toujours là pour me sauver exactement comme lorsque nous nous sommes rencontrés à l’école primaire. Il m’avait déjà sauvé et il le faisait encore maintenant. Je crois qu’une vie entière ne me suffirait pas pour le remercier pour ça. « Merci Randy, grâce à toi je sais que je ne suis pas folle, tu viens de me sauver encore une fois à croire que c’est une habitude ! » Lui dis-je toujours dans ses bras avec un petit rire. « Je te protégerais quoiqu'il arrive, même si ça doit me tuer, je n'ai pas envie qu'il t'arrive quelque chose. » Me détachant de lui pour mieux me plonger dans ses yeux bleus, je me sentis rougir légèrement, Randy est le genre de personne dont je ne retrouverais pas un deuxième dans ma vie ! Et même, je n’en voulais pas d’un deuxième, j’avais juste besoin de lui, c’est tout. Et ce n’est que maintenant, après l’avoir perdu de vue pendant des années, que je m’en rends compte. Pourquoi faut-il que les gens disparaissent pour qu’on se rende compte à quel point on tient à eux ?

« Tu sais j'ai appris à me battre, je pourrais être ton preux chevalier. » Y avait-il un sous-entendu quelconque à comprendre dans sa phrase ? Parce que je suis totalement nulle pour ça ! Mais il ne me laissa pas le temps de réfléchir, il ne me laissa pas le temps de réagir. Encadrant mon visage de ses mains douces et chaudes, il posa ses lèvres sur les miennes et m’embrassa. Je reçus comme une décharge en plein cœur, des papillons dans le ventre à son contact. Je n’avais jamais aimé personne jusqu’à maintenant, je suis aveugle en quelque sorte en ce qui concerne les sentiments amoureux, mais il avait fait le premier pas. Chose qui fallait, chose qui avait réveillé en moi de vieux souvenirs. Lorsqu’on s’est rencontrés, certaines de nos après-midi ‘’légendaires’’ : les meilleures qu’on a passé, même si elles étaient toutes très bien en sa compagnie. Je peux même dire que c’était deux années parfaites en sa compagnie ; j’ai juste été aveugle jusqu’à maintenant. J’aimais mon petit Ecossais, j’aimais mon Randy et je l’aime maintenant encore. J’étais presque déçue lorsqu’il mit un terme à notre contact car j’étais tellement heureuse de ma découverte que j’aurais voulu que le temps s’arrête autour de nous. Ne le quittant pas du regard, je me pinçais les lèvres avant de lui dire : « Tu sais, cette situation, c’est comme la fois où tu m’as ouvert les yeux sur ce fameux Hugo, tu te souviens celui qui me dévorait du regard à chaque fois ? Seulement je ne l’aimais pas à l’époque lui ! Et tu viens de nouveau de m’ouvrir les yeux Randy, qu’est-ce que je ferais sans toi ! » Terminais-je avec un petit rire. Passant mes bras autour de son cou, ce fut à mon tour de l’embrasser : un baiser doux tout comme le sien. Dire qu’il a fallu attendre plus de huit ans chacun pour s’en rendre compte. A moins que lui le savais depuis plus longtemps que moi. Tant pis tout ce qui comptait, c’était maintenant.

Me détachant doucement de lui, je ne le quittais pas du regard, j’avais l’impression de le redécouvrir sous un autre jour. Prenons ses yeux par exemple, je savais qu’ils étaient bleus, mais ce n’est que maintenant que je découvre qu’ils sont d’un bleu si clair et si profond que je pourrais m’y perdre très facilement. « Après meilleur ami, guide, quel sera ton prochain rôle pour moi ? » Ajoutais-je avec un petit rire, me pinçant légèrement les lèvres : nouvelle manie que je venais d’acquérir…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wearejustlimitededition.skyrock.com/


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Here You Are Again ♥ PV Randy E. Williams   

Revenir en haut Aller en bas
 

Here You Are Again ♥ PV Randy E. Williams

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» LMDC Tag Team Championships: Floyd Mayweather & Randy Orton Vs Stone Cold Steve Austin & John Cena
» Kane, Dolph Ziggler & Randy Orton VS Edge, Justin Gabriel & Chris Jericho
» Randy Orton Vs Goldberg
» Tag Team Champion :Kane & Chris Jericho vs Randy Orton & John Cena
» Wade Barrett & Cody Rhodes Vs Randy Orton & The Rock

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Percy Jackson rpg :: Rpg ~ New York :: Centre ville :: Central Park-